John Malkovich: un tueur en série à Québec

John Malkovich se trouve présentement à Québec pour y présenter le spectacle «The Infernal Comedy – Confessions of a Serial Killer» lundi dans le cadre du Grand Rire. Il y campe le tueur en série Jack Unterweger. L'acteur a rencontré les médias dimanche. Showbizz.net était sur place.

Le 14 juin, à la Salle Albert-Rousseau, «The Infernal Comedy – Confessions of a Serial Killer» mettra en vedette John Malkovich, accompagné de plus de 30 musiciens de Vienne et de chanteuses, dans un mélange d'humour noir, de musique, de théâtre et d'opéra. Michael Sturminger assure la mise en scène du spectacle et en a rédigé les textes. Martin Haselböck agit comme chef d'orchestre. Cette pièce a tout récemment été présentée à Toronto.

Né en 1950, Jack Unterweger s'est suicidé en 1994 après avoir été condamné pour 11 meurtres. Ce tueur en série autrichien avait été condamné pour la première fois pour un homicide commis en 1974. Il avait été libéré en 1990 à la suite d'une campagne menée par des intellectuels et politiciens qui le voyaient comme un exemple de réhabilitation. Il était ensuite devenu journaliste avant d'être vite rattrapé par ses anciennes pulsions. Il avait alors recommencé à tuer. Il s'en prenait aux prostituées.

«C'est une pièce très contemporaine. Il s'agit d'une histoire scandaleuse qui est très récente. Le texte est très moderne. C'est drôle et tristement charmant», a dit Malkovich lors d'une conférence de presse donnée dans un hôtel du centre-ville en fin de journée.

«Le mélange de musique et de théâtre m'intéressait énormément», dit le comédien dans un très bon français. Il fait du théâtre depuis 34 ans et adore cette forme d'expression artistique.

La pièce a vu le jour dans une première version en 2008. L'année suivante, elle a pris l'affiche dans sa version finale. Malkovich compte la jouer à nouveau l'an prochain lors d'une troisième et ultime saison.

«Bizarrement», l'acteur avait déjà discuté de la possibilité d'incarner ce désaxé au cinéma mais l'idée ne l'intéresse plus. Il préfère le faire revivre sur scène. «C'est un rôle magnifique», ajoute-t-il.

Le comédien dit ne pas avoir d'attentes quant à l'accueil que les spectateurs réserveront aux confessions du tueur en série. «Le public va juger le spectacle. Moi, je fais mon boulot», lance-t-il.

Dans les médias et dans la description du spectacle, on fait état du côté charmant de Jack Unterweger, fait-on remarquer à John Malkovich lors de la période de questions destinée aux journalistes.

Il réplique en disant que les tueurs sont souvent des personnes très charmantes. Ils se servent de cette qualité pour appâter leurs victimes. «C'est pour cette raison qu'ils sont capables de faire ce qu'ils font», réplique-t-il en citant en exemple l'Américain Ted Bundy et le Nazi Hermann Göring.

Être John Malkovich

En 1999, «Being John Malkovich» de Spike Jonze a fait bien jaser. Il y incarnait en quelque sorte son propre rôle.

L'auteur du scénario, Charlie Kaufman, devait tout d'abord tourner ce film huit ans auparavant sauf que le projet avait échoué. L'aventure s'est finalement concrétisée avec Jonze, avec qui la chimie passait beaucoup mieux, raconte Malkovich.

L'acteur pensait que ce long-métrage, vu sa grande popularité, allait changer le cours de son existence.

«Au début, j'avais un peu peur. Je croyais que ma vie allait vraiment changer. Les médias et le public m'avaient toujours laissé tranquille (...). Finalement, ce film n'a rien changé dans ma vie. C'était comme un autre long-métrage», dit celui qui souhaite jalousement protéger sa vie privée.

Projets

L'an prochain, John Malkovich compte jouer dans une nouvelle pièce conçue par la même équipe de création que «The Infernal Comedy – Confessions of a Serial Killer»: «Casanova».

Il pourrait également tourner un film français au Québec intitulé «Happy Hour», une réalisation de Fred Scotlande. La production est cependant toujours dans l'attente d'une réponse quant au financement du projet.

On le verra également dans «Transformers 3» l'an prochain et très bientôt dans «Jonah Hex», deux blockbusters potentiels.

Dans «Secretariat», dont la sortie est prévue en octobre aux États-Unis, il incarnera l'entraîneur de chevaux Lucien Laurin, qui était Québécois, fait-il remarquer.

Malkovich étudie de plus d'autres propositions de films et aimerait également consacrer plus de temps à son travail de producteur.

Pour plus de détails au sujet du spectacle de John Malkovich et sur la programmation du Grand Rire, consultez le site Web de l'événement.

Mario Grenier, l'un des fondateurs du Grand Rire, et John Malkovich en conférence de presse dimanche (@ Showbizz.net)

John Malkovich: un tueur en série à Québec

John Malkovich: un tueur en série à Québec