29 mars 2012 14:42 | par Aleksi K. Lepage, MSN Cinéma, journaliste/critique
C'est même pas vrai!

Requiem pour un beau sans-cœur



Requiem pour un beau sans-cœur, documenteurs (© Un film de Robert Morin, Coop vidéo de Montréal, 1992.)
Suivant
Précédent
Précédent
  • documenteurs et autres canulars
  • War of the Worlds, documenteurs (© Un film Orson Welles, CBS, 1938.)
  • Glen or Glenda, documenteurs (© Un film d’Edward D.Wood Jr., Screen classics II, 1953.)
  • Zelig, documenteurs (© Un film de Woody Allen, Orion Pictures, 1983.)
  • This is Spinal Tap, documenteurs (© Un film de Rob Reiner, Embassy, 1984.)
  • Requiem pour un beau sans-cœur, documenteurs (© Un film de Robert Morin, Coop vidéo de Montréal, 1992.)
  • C'est arrivé près de chez vous, C'est arrivé près de chez vous (© Un film de Rémy Belvaux et André Bonzel, Les Artistes Anonymes, 1992.)
  • Bob Roberts, documenteurs (© Un film de Tim Robbins, Miramax, 1992.)
Suivant
Un film de Robert Morin, Coop vidéo de Montréal, 1992.Afficher les vignettes
Précédent6 de 11Suivant
Partagez cette galerie

Robert Morin, électron libre du cinéma québécois, se sert de la caméra comme d'un fusil, arme avec viseur flou, pointée sur le monde réel. L'essentiel de sa filmographie est fait de faux documentaires ou le vrai et le faux sont confondus. Requiem pour un beau sans-cœur est peut-être son seul succès «populaire», avec Gildor Roy, hallucinant dans ce contre-emploi d'un tueur sans pitié mais au cœur tendre, qui finira par se filmer lui-même, pour défier les autorités, comme s'il se suicidait, dans un final d'anthologie.

Images : Résultats pour « Requiem pour un beau sans-cœur » avec Bing
Images
Précédent 1 de 1 Suivant
loading

vidéos associées

Recommandés dernièrement

publicité